• fr
  • en

Chef Médiatique Derrick PELTZ

L’équipe Matfer a eu l’immense plaisir de passer un après-midi en compagnie du chef Derrick Peltz. Nous en avons appris davantage sur son passage à MASTERCHEF, sur la chaîne américaine FOX, et sur son parcours culinaire, tandis que nous l’observions réaliser un véritable acte de foi en couronnant son canard aux cerises d’une magnifique arche pour créer un plat extraordinaire, et en l’entourant de chou-fleur de saison coloré.

Comment avez-vous été amené à participer à l’émission MASTERCHEF sur la chaîne américaine FOX et comment avez-vous vécu cette expérience ?

J’adore manger. J’étais fan de cette émission et Gordon Ramsey est l’une de mes idoles de la scène culinaire. J’ai appris la technique en l’observant cuisiner à la télévision et en m’informant sur Internet. J’ai commencé par reproduire ce qu’il faisait. Cuisiner, mélanger des saveurs et tenter de nouvelles choses ont commencé à m’intriguer. Je peux être très compétiteur, raison pour laquelle je me suis intéressé à cette émission. Et puis je me suis rendu compte que j’avais une mission – remporter MasterChef. Je voulais pouvoir appeler ma mère et lui dire « Maman, je suis le nouveau MasterChef des États-Unis ! ». J’ai donc posé ma candidature et ai été sélectionné pour une audition. Mon profil de batteur et de passionné de cuisine était intéressant pour le programme. En tout cas, j’ai réussi l’audition et j’ai été accepté dans l’émission. Ma participation à MasterChef a changé ma vie. J’ai rencontré des personnes extraordinaires et beaucoup appris à leurs côtés. J’étais très loin d’imaginer que cela me mènerait à une carrière sérieuse dans la cuisine. J’en suis très heureux et reconnaissant.

Le fait de cuisiner en direct à la télévision vous a-t-il mis une pression particulière ?

Bien sûr. C’était parfois stressant, particulièrement quand j’ai commencé à avancer dans l’émission. À la fin des trois mois de tournage, tout le monde était épuisé. Mais d’une manière générale, ayant déjà joué de la batterie sur scène devant un public, cuisiner pour et devant les autres ne m’a pas trop perturbé. En réalité, lorsque Gordon a aimé mon « faux-filet parfait », je me suis dit « Waouh, je peux peut-être gagner ». C’est à ce moment-là que j’ai commencé à me prendre au jeu. La concentration est indispensable, et particulièrement lorsque le temps presse et que tout est fait pour vous distraire. J’avais beaucoup de connaissances générales, mais certains plats ou techniques m’étaient complètement inconnus, j’ai donc dû persévérer et improviser. C’était une pression que je me mettais moi-même, mais j’ai également beaucoup appris par la pratique et l’observation. C’était une école de cuisine d’un autre genre !

Comment votre philosophie culinaire a-t-elle évolué depuis ?

Elle a tellement changé ! La cuisine m’a toujours impressionné, et je prendrai toujours du plaisir à chercher et rechercher de nouvelles manières de marier les ingrédients et les saveurs. Il existe pour moi un parallèle créatif naturel entre la musique et la cuisine, que je ressens à présent de plus en plus. L’émission m’a aidé à progresser, à repousser mes limites et à enrichir mes connaissances pour être le meilleur possible. La véritable récompense a été le chemin parcouru pendant MasterChef. C’est l’une des choses les plus difficiles que j’ai faite et le sentiment d’accomplissement est bien réel. Je me suis rendu compte, à mon grand plaisir, que le monde de la cuisine regorge d’opportunités et de mentors. J’ai envie de continuer dans cette voie.

Le magret de canard mariné déglacé au bourbon, accompagné de cerises et surmonté d’une arche en pâte feuilletée est magnifique. Comment l’avez-vous imaginé ?

Ayant participé à MasterChef, j’aime créer des plats délicieux et sensationnels. L’arche en pâte feuilletée apporte ce « plus » artistique majeur qui fait toute la différence. Je continue à apprendre et je voulais créer un plat qui emprunte ses saveurs à tous les endroits où j’avais vécu. Je voulais aussi y mettre toutes les compétences que j’avais acquises pendant le programme. J’ai vraiment appris à apprécier les viandes déglacées. Cette sauce me ressemble. Elle contient du bourbon du sud des États-Unis, des cerises de Californie et du canard de l’ouest des États-Unis. Les ingrédients se marient tous très bien et le chou-fleur coloré et la purée de patate douce orange ajoutent des saveurs et des couleurs printanières.

En tant que chef fraîchement installé, comment avez-vous découvert les produits Matfer ? Qu’aimez-vous dans ces produits ?

Croyez-le ou non, j’ai découvert Matfer et ses incroyables ustensiles sur Internet et sur le site de Matfer. Comme je travaille de plus en plus avec de la pâte feuilletée, il m’a semblé évident qu’un rouleau à losanges de qualité ferait toute la différence. Lorsque j’ai recherché « meilleur rouleau à losanges pour chefs », j’ai été redirigé vers le site Internet de Matfer. Et j’ai trouvé ce formidable rouleau. Il se manipule facilement et permet de découper délicatement et simplement de jolis losanges dans la pâte. Lorsque par la suite j’ai découvert tous les autres incroyables ustensiles de la marque, j’ai été impressionné. Je ne suis pas allé en école de cuisine, donc je n’avais jamais entendu parler de Matfer. Maintenant, je comprends pourquoi les chefs respectent autant la marque et les produits Matfer. Lorsque j’ai commencé à cuisiner, j’utilisais tous les ustensiles que je pouvais trouver. Lorsque je me suis davantage impliqué et que j’ai commencé à progresser, j’ai réalisé qu’utiliser les bons ustensiles pour la préparation d’un plat était aussi important qu’utiliser les bons ingrédients. Le dénoyauteur à cerises facilite grandement la préparation des cerises pour la recette et la poêle en céramique répartit parfaitement la chaleur pour la cuisson du magret de canard.

Le célèbre dramaturge anglais William Shakespeare disait « Si la musique est la pâture de l’amour, jouez encore. » En tant que batteur et cuisinier professionnel, êtes-vous d’accord ?

Complètement ! Pour moi, cette citation signifie « Perds-toi dans ce que tu fais ! » J’ai toujours dit que le temps n’existe pas lorsque l’on fait quelque chose que l’on aime. Lorsque je joue de la musique ou que je cuisine, je me perds dedans, exactement comme lorsque l’on est amoureux. Le temps s’arrête.

Personnellement, quels sont les plats que vous préférez manger ?

Lorsque je cuisine, j’aime utiliser du sel, du poivre et du beurre car ils donnent du goût à n’importe quel plat. Mais lorsque je suis chez moi, il n’y a rien de tel qu’une tortilla avec du cheddar et une bonne dose de sauce Sriracha. Les saveurs salées et épicées sont réunies et j’adore ça !

A propos de Derrick Peltz

Originaire de Floride, Derrick Peltz a troqué sa carrière de batteur professionnel contre celle de chef cuisinier. Installé à Los Angeles depuis près de 10 ans, la cuisine s’est imposée au chef Derrick. Ayant développé sa créativité en tant que musicien, Derrick a une vraie passion pour le côté artistique de la cuisine. En utilisant les parallèles entre la musique et la nourriture pour créer un concert en cuisine, Derrick a décidé de soumettre un plat au jury de sélection de MasterChef. Vingt minutes plus tard, le téléphone sonnait. Ce coup de téléphone a débouché sur de nombreuses heures de travail avec le présentateur Gordon Ramsay et son équipe. Pendant sa participation, il a affiné ses compétences et ses connaissances en matière de cuisine et considère MasterChef comme une étape charnière de sa carrière de cuisinier. Il a terminé deuxième de la dernière saison. Il travaille désormais comme chef pour des clients privés et développe des projets dans les secteurs de la restauration et de l’hôtellerie.

Partager cet article :
Consulter les articles populaires